Critique : Imitation Game

Critique (15/20) : Si vous aviez 159 milliards de milliards de combinaisons à essayer pour sauver des populations entières… Que feriez-vous ? C’est précisément le thème de Imitation Game qui nous propose de faire un bond dans le temps à l’époque de la Seconde Guerre Mondiale. Attention, nous voici en présence d’une histoire vraie ! On nous raconte la guerre comme vous ne l’avez jamais vue. Nous sommes projetés en Angleterre entre la ville de Manchester et de Londres.

Imitation Game est spécifique de part sa construction. Le film est plus ou moins divisé en deux parties qui ne peuvent être indissociables pour comprendre réellement l’histoire. Nous voyons tour à tour l’histoire du personnage principal, puis l’histoire de la guerre et comment il a réussi à y mettre fin. Ce film est un immense terrain de jeu pour les amateurs de langages cryptographiés et de sens cachés.

Parlons tout d’abord du personnage principal sans qui l’histoire n’aurait pas été celle que nous connaissons aujourd’hui. Le professeur Alan Turing, incarné par Benedict Cumberbatch (connu aussi pour son rôle dans la série Sherlock), est un personnage surprenant. Il est désobligeant, il répond ce qu’il a envie de répondre même si cela peut offenser les personnes en face de lui et poursuit ses buts sans se soucier de l’avis des autres. Lors d’un entretien face à un commandant de la Reine d’Angleterre, le professeur Turing répond clairement ce qu’il a envie de répondre même si cela ne « correspond pas » au poste pour lequel il postule à première vue. Malgré son comportement, il réussit à accéder à l’objet qui sera toute l’intrigue du film, j’ai nommé : Enigma (ou « La main de la mort ».)  C’est une machine utilisée par les allemands afin de se passer des messages durant la guerre. Le grand dilemme des opposants c’est leur incapacité à déchiffrer ces messages pour contre carrer les allemands. Alan Turing a fait le pari de réussir à utiliser cette machine.
C’est précisément à ce moment que commence l’histoire. On découvre que la machine Enigma a un code d’utilisation modifié chaque jour par les allemands. C’est une course contre la montre qui s’installe afin de déchiffrer les messages. Le système est très complexe. La guerre vient peser sur les épaules de dix hommes et c’est précisément à ce moment  que le jeu commence. Suite à un désaccord avec ses coéquipiers, Alan Turing décide de prendre la situation en main et devient chef de l’équipe. C’est là qu’il prendra la décision de créer l’arme fatale qui mettra fin à la guerre : « Christopher ». Sa rencontre avec une jeune femme lors d’un recrutement pour ce projet fera avancer l’histoire d’un grand bond. Nous rencontrons alors Johns incarné par Keira Kightley (connue pour ses rôles dans les Pirates des Caraïbes). Alors que Turing ne s’entend pas avec son équipe, tout commence à s’arranger progressivement vers une entente avec tout le monde.
Parlons de l’autre dimension du film ! Plusieurs techniques sont utilisées pour nous montrer la vie d’Alan lors de son adolescence, avant l’entrée au service secret, pendant et après. Nous sommes constamment en présence de flash back et d’avancées dans le temps. Alors que nous sommes en plein dans l’action de construction de la machine, nous repartons en arrière pour voir un bout de la vie du professeur. Par ce biais, nous comprenons petit à petit que sans Turing, la guerre n’aurait pas été gagnée de la même manière. On peut notamment retenir cette phrase que l’on entend plusieurs fois : « Parfois ce sont les personnes que l’on imagine capable de rien, qui font ce que les autres n’auraient pu imaginer. » Cette phrase revient souvent dans le film et il applique cela aux autres, aux gens qu’ils croient capable de réussir.
En ce qui concerne les avancées dans le futur, nous commençons tout simplement le film après la guerre et après la réussite du personnage et de son équipe puis nous repartons dans le passé.
Le personnage principal pense qu’il n’y a pas de différence entre le langage cryptographié et une discussion normale. Pour lui nous sommes des machines reprogrammables tout comme Enigma et Christopher le sont. D’où le nom Imitation Game. Elles sont des cerveaux numériques. Il y a d’ailleurs peu de dialogues durant tout le film.
L’ambiance reste sombre tout au long du film. Que cela soit avec les images de la guerre et d’Hitler qui sont insérés ou par les couleurs que l’on voit. Les décors sont sombres, peu de couleurs. On est dans les tons gris/noir/marron. L’ambiance est assez pesante et nous sommes aussi tendus que les personnages qui essayent de déjouer les plans de l’ennemi.
En ce qui concerne la musique, il n’y en a que lors des scènes où les personnages ne discutent pas. Lorsque Turing fait un jogging et travaille ensuite. Une sorte de métaphore. Turing courant vers la réussite. La musique reste monocorde et il n’y a jamais de paroles. Cela dit, elle reste assez intéressante et agréable à écouter. La bande son est réalisée par Alexandre Desplat.
Un autre des messages passés est celui des traitements qu’on reçu les homosexuels durant cette période cause de la mort du professeur Turing. Les homosexuels considérés comme indécents à l’époque subissaient des traitements. Turing est devenu faible et malade, puis s’est suicidé. D’autre part, il faut savoir que le décryptage d’énigma est resté secret durant 50 ans, et a pu sauver environ 14 millions de vie en réduisant la guerre de 2 ans selon les historiens.
Ce film est bon cinématographiquement parlant. Cependant, je regrette que les grandes actions se soient mises en place seulement 40 minutes avant la fin du film. Pour finir, le réalisateur aurait dû peut-être plus mettre en avant la deuxième guerre sous entendue dans le film : la vie de Turing et ses convictions.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s